MotsDireSansHaine

MotsDireSansHaine

MARTINEAU Frédéric : Quelques bonnes raisons d'aimer la mort.

 

QUELQUES BONNES RAISONS D' AIMER LA MORT.

 

J’ai QUELQUES BONNES RAISONS D’AIMER ce florilège de 11 nouvelles aussi bien écrites les unes que les autres. J’ai retrouvé ce style bien signé que j’avais découvert dans « PRISCILLE » et que j’aime toujours autant. Pas de clichés classiques, mais un vocabulaire toujours diversifié, des tournures originales et imagées. Un vrai plaisir littéraire !

 

J’ai entamé ma lecture aux alentours de la Toussaint, hasard du calendrier ou pas, et je l’ai dégustée tranquillement. Pour moi, ce livre ne pouvait pas être lu d’une traite tant il invite à une réflexion profonde sur le sens de la mort, la vie, son impact… etc. Ça tombait bien, je manque de temps en ce moment ! C’est audacieux d’avoir envisagé les bénéfices secondaires du trépas, pour le principal intéressé (!) ou ses proches, dans toutes sortes de situations. 

 

Je ne détaillerai pas chaque titre ici, ils sont trop nombreux ! Je les ai lus au gré de mes envies, de mon humeur. Frédéric Martineau nous propose, de manière insidieuse, de nous questionner au sujet de situations qui se vivent dans notre monde, en balayant tout le panel des sujets graves, des actes de terrorisme aux guerres de religion, des excès du transhumanisme à la simple querelle familiale cristallisée depuis des années, en passant par la criminalité, etc. Il sonde les raisons du suicide quand il s’agit de rompre avec un héritage généalogique empreint de nazisme, ou encore nous montre jusqu’où des adolescents sont prêts à aller pour parvenir à créer un Buzz inégalé sur Internet… quand les jeux vidéo deviennent leur réalité.

 

Je tiens à mettre un drapeau rouge cependant sur la nouvelle qui m’a interpelée et que j’ai lue en premier :

« L’infirmière ». Je voudrais tordre le cou au fantasme qui court toujours, et heureusement que l’auteur, parfaitement renseigné, signale au passage que la blouse est obsolète dans la plupart des services, les pantalons-tuniques la remplaçant. Mais il revisite d’une manière très personnelle les traitements dispensés en Soins palliatifs ! Si l’idée peut paraitre séduisante à certains, elle est tout de même éloignée de la réalité. En soins palliatifs, les personnes sont mourantes, mais ont encore leurs mains, à priori !

Par contre, il faut savoir que si la France, à l’instar d’autres pays (Allemagne, Belgique, Pays-Bas...), a ouvert une formation « d’assistant sexuel pour handicapés" depuis 2016, le recours à ce type de personnel reste assimilé à une forme de prostitution et punissable par la loi... le chemin est long pour l’accès au plaisir pour tous. 

 

Ce recueil est tout simplement un livre philosophique !

 

Pour aller plus loin sur ce sujet controversé, j’ai trouvé ce lien : 

 

Assistant sexuel pour handicapés



20/11/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres