MotsDireSansHaine

MotsDireSansHaine

UNE LETTRE et DES MÉTAPHORES À VOLONTÉ.

À vous, chère thérapeute

 

Je vous invite pour cette rencontre ultime

À partager avec moi un déjeuner particulier,

Un menu aux saveurs délicates et sublimes,

Ou surprenantes et savamment orchestrées.

 

Au fil des rendez-vous, les liens se sont tissés,

Après la méfiance, quand je criais famine,

Vous avez réussi l’exploit de m’apprivoiser,

Aucune de vos séances ne me fut assassine.

 

La boulimie des mots que j’éprouve aujourd’hui

Fait suite à l’enfer des maux qui m’assaillaient hier.

Votre professionnalisme, couplé à votre empathie,

M’a guidée vers le cheminement dont je suis fière.

 

Je vomissais ma vie pour toujours plus me déplaire,

J’engloutissais les aliments, pour les rejeter ensuite

D’un doigt je salissais mon corps et mon âme entière,

De l’autre je montrais ce cœur qui prenait la fuite.

 

Mon cœur, que vous avez su toucher et attendrir

Par votre douceur et vos confidences en miroir.

Vous avez ôté de mon esprit toute envie de mourir

De séance en séance, vous m’avez redonné l’espoir.

 

Je vous remercie infiniment, et pour clore ma thérapie, je vous invite enfin à découvrir ce menu, modeste métaphore du chemin parcouru ensemble auquel j’appose avec humour le mot « faim ».

 

Amicalement.

 

Sandrine Dubois.

 

 



09/09/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres