MotsDireSansHaine

MotsDireSansHaine

BENAMEUR Jeanne : Otages intimes.

OTAGES INTIMES

 

 Madame BENAMEUR nous ne sommes pas intimes, mais vous m’avez prise en otage.

Lecture qui m’a plongée dans mon passé. Je n’avais pas compris.
 

1975. J’ai dix ans. Les mots... je les entends. Les visages des parents sont graves. Otage. Mauritanie. Polizzario. Sa femme et le petit n’ont pas été pris. Ils s’étaient cachés à temps dans le placard. Il n’était pas reporter de guerre. Il enseignait. Il diffusait la connaissance. Marche verte. Les images diffusent et les souvenirs sont confus.

Des mois prisonnier. Avec les autres. Pas de nouvelles. Pasd’internet à l’époque.

 

Les parents ne parlent plus devant moi. Elle et le petit sont rentrés en France. Désorientés.

Plus tard la libération. Il avait tenté une évasion, mais avait été repris. 40 kms de marche pour rien. Vu à la télé. Dans le journal en noir et blanc. On ne saura rien de sa captivité. Même nous les proches. Le couple n’a pas résisté. Plusieurs années, c’est long pour être otage... mais même une minute c’est long. Que ressentait-il ?

 

Madame BENAMEUR... par vos mots j’ai approché ses pensées. Il est décédé l’an dernier. Daniel B. Paix à ton âme. 

Et la pire arme de guerre... le viol... toujours et partout. De nos jours encore. Je n’en peux plus. 

 

Cette auteure a une manière très particulière de me faire entrer dans la peau des gens et de provoquer des émotions indicibles.

Une lecture qui m’a fait mal.

 

 



10/09/2017
2 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres