MotsDireSansHaine

MotsDireSansHaine

Parole Sang Sûre

La censure a la dent dure, j'en suis sûre et j'écris sans .

Lucifer et les enfers

Un goût de sang et d’éther, celui de l’éternité de Pandemonium.

Ils pensent soudain au Purgatoire, ils se mettent à tordre leur bouche, parce qu’elle est prête à exploser de mots qui pourraient les délivrer du Mal. Lucifer et ses enfers leur font peur à en crever.

 

Bouche qui a menti, trahi, abusé, outragé, mordu, déchiré, détruit, craché, hurlé, sucé, avili, que va-t-elle soudain éructer ? N’a-t-elle pas assez craché son venin, au cours de toute une vie et réduit au silence des bouches si mignonnes et bien dessinées ? Bouche trou, et trous noirs, le temps s’est dilaté pour leurs victimes passées. Bouche cousue sur ces blessures infligées aux innocents qui avaient l’horreur de croiser leur chemin, des petits bouts et des plus grands ; boucherie infâme et atrocités ignobles. Je me bouche les oreilles, je ne veux rien entendre. Cela m’aurait fait vomir si j’avais su tout ça.

 

Bouche d’égout et odeur de rat crevé, ambiance de catacombes. Bouche bâillonnée à jamais ? Défaites le nœud sans trembler, libérez la parole, déliez la langue, sortez-lui les vers du nez avant qu’ils n’aient commencé à le phagocyter, faites-lui cracher le morceau à monsieur Vermine.

Mauvaise mine. Mutique.

Peut-être qu’à un moment, quand toute la canalisation aura enfin sauté, le flot se déversera par le cloaque libéré. Parmi tous ces mots peut-être une demande de pardon. La peur de mourir qui provoque un sursaut d’éveil réveille les consciences. Lucifer n’aura pas sa peau, vieille peau.

Certains ont bien vieilli, à moins d’être morts avant, rongés par la culpabilité.

Alors, appelez vite l’équipe d’assainissement, il est temps de tout nettoyer, tant qu’il est temps encore ! Réparer tout le réseau sous-terrain qui suintait de tant de salissures, sentait le moisi, les rats et le purin, et appelait le purgatoire. Foutre en l’air tout ce qui pue, le foutre et les armes du crime, déterrer les vieux secrets, balayer toutes les rancœurs, vite, VITE, ouvrir les vannes, que ça jaillisse du plus profond des tripes avant que tout ne soit putréfié.

 La bouche s’est refermée, elle est épuisée, trahie par tant d’années

 

Les affres du désespoir arrivent un peu tard, non ?

                                                                                                  Cathy T. 2017

 


C'ÉTAIT MON COUP DE BEC 2017 (Pastel sec)

NUIT D' ANGOISSE À L'HÔPITAL

RESTER LIBRE ET LE DIRE (Encre de Chine)

LES RÉSEAUX SAUTS SI HAUTS

LE TRANSFUSÉ DE LA HONTE

ÉROS GÊNE et CLITO RISQUE (Vidéo)

SURVOLTÉE, TROP DE MÉGABITS.

L'ÉTAU MATE LES TOMATES...plaidoyer pour la tomate Coeur de bœuf.

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser